EXCEPTIONNEL BOIS SCULPTÉ POLYCHROMÉ DE LA FIN DU XVe SIÈCLE REPRÉSENTANT SAINTE BARBE DANS SA TOUR

EXCEPTIONNEL BOIS SCULPTÉ POLYCHROMÉ DE LA FIN DU XVe SIÈCLE REPRÉSENTANT SAINTE BARBE DANS SA TOUR

 

ORIGINE : CHAMPAGNE, FRANCE

EPOQUE : FIN XVe – DÉBUT DU XVIe SIÈCLE

 

Hauteur :   103 cm

Largeur : 29 cm

Profondeur : 27 cm

     

Bois de chêne et de noyer polychromé

Bon état de conservation

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux meubles

Catégorie :

Description

Sainte Barbe était la fille du satrape Dioscure qui l’enferma dans une tour afin qu’elle ne soit pas corrompue par les idées chrétiennes. Toutefois, elle parvint à recevoir l’enseignement d’un prêtre dont elle reçue le baptême. La légende veut que pour manifester sa foi, elle perça dans la tour une troisième fenêtre, symbole de la Trinité. 

Lorsque son père apprit sa conversion, il la menaça de son épée. Elle réussit à s’enfuir avant d’être dénoncée par un berger. Elle fût alors jetée en prison et malgré les atroces supplices qu’on lui fît subir, elle refusa d’abjurer sa foi et d’épouser un païen. Pour finir, son père l’entraina au sommet d’une montagne et lui trancha la tête. Une fois son ignoble geste accomplit, il fût frappé par la foudre et ne il ne resta rien de lui, châtiment divin. 

Le culte de saint Barbe fût popularisé en Occident à partir du XIIIe siècle grâce à la Légende Dorée de Jacques de Voragine. C’est à partir du XVe siècle qu’il se développe pleinement. 

L’iconographie ici mise en place rappele la Légende Dorée selon laquelle sainte Barbe aurait elle-même percé trois fenêtre dans les murailles de la tour qui lui servait de prison, symbole de sa foi en la Sainte Trinité. La Sainte est ainsi représentée au sommet d’une haute tour carrée. Elle apparait sous une baie en plein-cintre. Une tourelle octogonale percée de fenêtres s’élève au sommet de la tour crénelée.

Elle est vêtue d’une robe au décolleté carré, laissant apparaitre sa chemise au col à revers, fermée de deux agrafes. Une fine ceinture enserre sa taille et un bonnet couvre sa chevelure. 

Elle a la tête baissée, les yeux posés sur les Sainte Ecritures. Son beau visage, serrein est marqué par un état de profonde méditation. Le sculpteur souligne ainsi sur sa grande piété. 

Cette sculpture est particulièrement intéressante du fait de l’originalité et de la rareté de son iconographie. Elle relève d’un ciseau habile qui a su rendre la douceur du visage de sainte Barbe.