ARMOIRE COFFRE EN FER FORGÉ

ARMOIRE COFFRE EN FER FORGÉ

 

ORIGINE : ALLEMAGNE, NUREMBERG
ÉPOQUE : XVIIE SIÈCLE

 

Hauteur : 150 cm
Largeur : 108 cm
Profondeur : 48 cm

 

Fer forgé clouté

Bon état de conservation

 

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux meubles

Catégorie :

Description

Cette imposante armoire coffre-fort, de forme rectangulaire haute, entièrement réalisée en fer forgé clouté, ouvre à deux vantaux en façade. Elle est bardée de tous côtés d’un réseau de larges ferrures en fer forgé, fixées au corps à l’aide de clous rivés. De solides équerres métalliques rivées renforcent également les angles de toutes parts.

L’armoire comporte un impressionnant système de fermeture mobilisant l’ensemble du revers des deux vantaux. L’ingénieux et robuste mécanisme consiste en trois serrures à complication et quatre clés. Les clés sont en elles-mêmes un véritable travail de ferronnerie.

L’armoire dispose d’une sécurité encore nouvelle grâce à sa targette en fer à moraillon bloquant l’ouverture et nécessitant une clé supplémentaire. Le moraillon est pourvu à l’arrière d’une boucle en fer, l’auberon, qui s’enfonce dans la fente de la serrure où elle se bloque sous l’action du pêne poussé par la rotation de la clé.

A l’intérieur, trois étagères et une cassette secrète en partie basse contribuent au rangement des biens les plus secrets. Ce dispositif ainsi que les nombreuses ferrures et serrures soulignent l’aspect coffre-fort de ce meuble.

Dérivant du ‘coffre de marine’ ou coffre de corsaire, les coffres dits ‘de Nuremberg’ servaient à l’origine au capitaine du bâtiment qui le vissait par le fond dans le pont de sa cabine afin d’y entreposer des objets précieux, de l’argent mais aussi des documents et plans de navigation de grande importance.

Particulièrement rare par ses dimensions, notre armoire coffre-fort prenait place quand à elle dans la salle du trésor d’un riche seigneur, lequel y enfermait ses biens les plus précieux. L’absence de poignées latérales indique que celle-ci était vouée à rester immobile.

Très bien conservée, elle est un remarquable témoignage du savoir faire et de l’habileté des artistes de la région de Nuremberg ; ville réputée dès le Moyen-âge pour les arts du feu dont le travail du fer et, qui avait fait du coffre de corsaire sa spécialité.