BOISERIE DE RÉFECTOIRE ITALIEN D’ÉPOQUE RENAISSANCE

BOISERIE DE RÉFECTOIRE ITALIEN D’ÉPOQUE RENAISSANCE EN NOYER SCULPTÉ, par THOMAE BRANCHIE DE MONDAINO

 

ORIGINE : ITALIE DU NORD
ÉPOQUE : RENAISSANCE, Daté 1567

 

PROVENANCE 

Adolfo Loewi, Venise, Italie, 1930

Werner Abegg, l’acquiert auprès de lui par l’intermédiaire de Luigi Bellini

En 1959, le Metropolitan Museum of Art de New York la reçoit en don de Werner Abegg et d’autres donateurs.

 

Longueur : environ 25 m
Hauteur : environ 2.30 m

 

TABLES & CREDENZA

1- La petite
Longueur : 4.70 m (8 tiroirs)
Largeur : 67.5 cm
Hauteur : 83 cm

Hauteur avec estrade : 95 cm
2- La grande
Longueur : 7.73 m (12 tiroirs)
Largeur : 69 cm
Hauteur : 80 cm
Hauteur avec estrade : 93 cm

3- La crédenza
Hauteur : 106 cm
Longueur : 223 cm
Profondeur : 85 cm

 

Il est composé des panneaux muraux et bancs formant cassapanca, de deux tables de réfectoire et une crédence

 

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux meubles

Catégorie :

Description

Ce rare ensemble de boiseries de réfectoire de Thomae Branchie de Mondaino provenant d’un monastère augustinien des Marches est d’un type utilisé dans les monastères à l’époque de la Renaissance en Italie.

Les moines s’installaient sur les longs bancs et les officiels s’asseyaient sur les bancs élevés au bout de la grande salle.

Les inscriptions gravées sur les boiseries de cette salle lambrissée font partie d’une série de phrases indépendantes qui sont peut-être des citations  de la règle de Saint Augustin. Augustin était un philosophe et théologien latin d’Afrique romaine et il était considéré comme un des plus grands penseurs chrétiens de tous les temps. Concernant l’ordre d’origine de ces phrases ou citations, il ne peut pas être déterminé avec certitude, ce qui suit en est une liste: 

Locus penarii

Omnibus aequa lance

Oculi omnium in te sperant et tu da illis cibum

Edent paupes et saturabantur et laudabunt Dominum

Fratres fauces vestre non solum sumant cibum sed et aures esuriant

Dei verbum

Ex regula S. P. Augustini

MDLXVII

Opificium Thomae Branchie de Mondaino

 

Traduction française :

Lieu de pénitence.

Punition égale pour tous.

Les yeux de tous se tournent vers toi plein d’espoir et tu les nourris.

Les pauvres mangeront, seront rassasiés et loueront le Seigneur.

Frères non seulement vos bouches reçoivent la nourriture mais vos oreilles se remplissent de la parole de Dieu.

De la règle du Saint Père Augustin

1567

Travail de Thomae Branchie de Mondaino

 

On n’a trouvé jusqu’à présent aucune trace du sculpteur sur bois Thomae Branchie de Mondaino. Son lieu d’origine peut être soit Mondaino dans la province d’Emilie Romagne soit Mondaino dans les Marches.

Le Metropolitan Museum of Art de New York indique que la salle vient du réfectoire d’un monastère Augustinien de la province de Recanati dans les Marches.

 

DESCRIPTION DE LA BOISERIE

Cette boiserie est constituée de la répétition d’un même module. L’ensemble comporte 24 mètres linéaires de boiserie, deux tables, l’une de douze tiroirs, l’autre de huit tiroirs, pour le repas des moines et une crédence ouvrant à deux vantaux.

 

Le module

La partie centrale est formée de deux cadres espacés;  le premier assez simple, formé de deux moulures séparées par une doucine, sert de cadre au grand panneau, le deuxième plus petit, formé de l’intérieur vers l’extérieur, d’une moulure, d’une doucine et d’une importante moulure surélevée terminée en plateau incrustée d’un filet de merisier clair, constitue l’ornement central.

Au-dessous un rectangle horizontal comporte une moulure, une doucine et un cadre plat comportant lui aussi un filet de merisier

Chaque module est flanqué à notre gauche d’un pilastre cannelé, plein en partie basse, à chapiteau et base doriques, prolongé vers le bas par un rectangle vertical allant jusqu’au banc.

 

L’ensemble de la boiserie

La répétition du module produit une suite de panneaux encadrés chacun par deux pilastres.

Au sommet de l’ensemble, deux architraves se superposent pour réunir tous ces éléments.

La première est moulurée, la deuxième porte une inscription dont nous connaissons la totalité et la traduction qui semble faire référence à des phrases de la règle de l’Ordre de Saint Augustin.

Enfin une corniche débordante formée de plusieurs moulures se chevauchant vers l’avant, couronne le meuble.

Plus bas, un banc-coffre articulé par des charnières de fer forgé  en forme de trapèze et fermant à clé, est relié à la boiserie. La partie verticale est rentrante au niveau des pieds, pour un meilleur confort des moines assis. Une épaisse estrade supporte le banc-coffre et déborde pour isoler les pieds du sol.

 

Les deux tables de monastère

Sur une estrade de bois de bonne épaisseur, sont disposées les tables.

La plus longue de 7.73m  permet à douze moines de s’assoir derrière leur propre tiroir à pommeau de bois.

Malgré l’importante longueur, deux aies seulement ont été utilisées pour réaliser ce magnifique plateau qui est bordé d’un filet de merisier. Il repose sur cinq pieds en éventail d’un élégant dessin.

La plus courte repose sur trois pieds identiques. Elle comporte huit tiroirs à pommeau de bois et mesure 4.70m.

 

La Crédenza

Elle ouvre à deux vantaux, moulurés à l’image des boiseries murales, encadrés par des pilastres cannelés à chapiteau et base doriques.

Elle porte sur la ceinture la signature de l’ébéniste qui a réalisé ce travail d’envergure.

La date est 1567. Cet artiste Thomae Branchie originaire de Mondaino comme il le dit lui-même, n’est pas connu des historiens d’art pour le moment.