GILBERT DE SMET – Portes Monumentales

GILBERT DE SMET

Portes Monumentales

 

1969

Bois de chêne sculpté et pièces de métal

 

Hauteur : 407 cm   

Largeur : 148 cm

Epaisseur : 7 cm

 

Ces portes ont été exposées en 1969 au Casino de Blanckenberge, avec quinze autres sculptures et quarante dessins.

Ses œuvres montrent sa force intérieure et témoignent d’une grande spontanéité dans la réalisation.

 

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux contemporains

Catégorie :

Description

Gilbert de Smet est né le 15 mars 1932 à Erembodegem en Belgique.

De 1945 à 1952, il fait ses études à l’Académie d’Alost où il a comme professeur le sculpteur G. Van Den Meersche.

1955, Prix de la ville de Wachau pour son travail.

Il participe à plusieurs expositions de groupe :

1966 Centre Culturel de Aalst

1966 Erembodegem

1966 Centre Culturel de Affligem

 

Sa technique

Il travaille de manière rapide la taille directe. Il réalise quelques esquisses puis il attaque son œuvre. Son travail n’est pas académique. Il s’est éloigné de son carcan. Ses œuvres montrent sa force intérieure et témoignent d’une grande spontanéité dans la réalisation.

Sur ses dessins, il définit les éléments essentiels que l’on retrouvent toujours sur les sculptures.
Les dessins sont de grande qualité comme les sculptures. L’artiste ne travaille pas ses œuvres notamment pour les polir. Elles ont donc un aspect brut.

Son style et ses thèmes

Il cherche une ligne expressive par des contours assez lourds.

Son thème : l’homme d’une manière générale, l’ouvrier et sa femme mère de famille. Donc les gens simples. Dans sa jeunesse, il a travaillé dans une usine de fabrication de meubles, c’est pourquoi il se sent si proche du monde ouvrier.
Ses personnages sculptés montrent souvent le labeur des ouvriers et donc la force physique. Ses corps sont des formes fortes et puissantes où il n’y a pas de place pour l’intellectualisme.
Il aime sculpter la femme avec des formes rondes et sensuelles. Nue, enceinte ou bien âgée. Il a une grande maîtrise du métier de sculpteur. Lorsqu’il réalise la sculpture d’un couple, il en montre l’attirance élémentaire mais sans pornographie.

Gilbert De Smet cherche sans doute à nous révéler un monde métaphysique dont la maternité, le couple et la représentation de l’homme sont les acteurs privilégiés et principaux.

Extrait des articles de presse de l’exposition au Casino de Blankenberge en 1969