GROUPE SCULPTÉ REPRÉSENTANT LA DÉPLORATION DU CHRIST D’ÉPOQUE GOTHIQUE

GROUPE SCULPTÉ REPRÉSENTANT LA DÉPLORATION DU CHRIST D’ÉPOQUE GOTHIQUE

 

ORIGINE : FLANDRES
ÉPOQUE : FIN XVE SIÈCLE

 

Hauteur : 44.5 cm
Largeur : 46 cm
Profondeur : 11.5 cm

 

Bois de chêne polychromé et doré
Bon état de conservation

 

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux sculptures

Catégorie :

Description

Au milieu du XIVe apparait dans la vallée du Rhin le grand courant du mysticisme, largement diffusé par la pensée franciscaine. Cette pensée qui suppose la possibilité d’une communication intime de l’homme avec la divinité, était prêchée dans tout l’Occident par les Ordres mendiants en réaction contre l’esprit facile des Cours.

 

L’Art pathétique du Moyen Age fait alors une large place dans son iconographie à des thèmes qui ne sont ni esquissés dans les Evangiles, ni davantage issus du culte officiel. Véritable création de l’imagination mystique, le culte de la passion devrait rapidement apporter à l’iconographie religieuse de nouveaux thèmes tels que les Christs et les Vierges de Pitié. Cette dernière s’appelle Pieta en Italien et Vesperbild en allemand car l’heure des vêpres dans le Breviaire correspond à l’heure de la descente de croix.

 

Notre groupe est très certainement un élément de retable consacré à la Passion du Christ. Sur le thème de la Vierge de Pitié, il est construit d’après le schéma classique mis en place par l’art gothique germano-français qui sera largement diffusé par les peintres flamands du XVe siècle.

 

La Vierge est ici entourée de Saint Jean et Marie Madeleine. Dans une attitude remplie d’abandon, et de douleur muette, elle tient le corps du Christ étendu sur ses genoux. Elle est enveloppée de lourds vêtements aux drapés d’une ampleur qui lui donne grâce et densité.

Marie Madeleine, les mains jointes, pose son regard méditatif sur le Christ.

Derrière la Vierge se tient Saint Jean, dans une attitude de recueillement toute empreinte de douleur.

Le Christ, la tête soutenue par la main de la Vierge, garde encore comme les autres personnages, de très bons restes de polychromie d’origine. Ses proportions et son périzonium court, rappellent les sculptures flamandes.

L’ensemble s’inscrit sur un fond de rochers et arborifères traités en fins traits de gouge.