RARE MEUBLE D’ART BRUT

RARE MEUBLE D’ART BRUT

 

ORIGINE : BÉARN OU CÔTE-BASQUE

EPOQUE : fin XVe – début XVIe siècle

 

Hauteur :  171 cm

Longueur : 128 cm

Profondeur : 43 cm

 

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux meubles

Catégorie :

Description

Ouvrant à quatre portes, ce meuble est un exemple exceptionnel de mobilier d’art brut pyrénéen. De fabrication simple mais au décor particulièrement fourni et soigné il appartient probablement aux objets domestiques et meubles pyrénéens qui furent réalisés par un artisan local ou même par leurs propres utilisateurs. 

Ce meuble est construit à l’aide d’une armature massive, dont les montants sont assemblés à joints vifs à l’aide de gros clous aux faces latérales.

La façade est divisée, horizontalement et verticalement, en trois registres. Les deux premiers registres ouvrent chacun à un vantail central tandis que le registre supérieur ouvre par deux vantaux latéraux. Chaque porte est constituée d’un épais panneau de bois assemblé au bâti par deux pentures en fer. Elles ferment à l’aide de petits loquets en fer forgé.  

Le décor se répartit symétriquement de part et d’autre de la partie centrale. Cette ornementation, taillée au couteau sur la surface est typique de cette région montagneuse. 

Le décor se compose de rosaces, rouelles, et frises de coups d’ongle. Pour réaliser cette « planisculpture » géométrique, on employait la règle et le compas. Le couteau suffisait à réaliser les encoches tandis que des lames de formes différentes permettaient de réaliser un décor en creux et en relief. L’artisan pouvait ainsi diversifier l’ornementation en jouant tant sur la composition que sur les associations de motifs

Au milieu du vantail central est sculpté au dessus d’une nef, un cadran solaire cernant une rose des vents. Les angles sont ornés de compas. 

Par sa structure comme par son décor géométrique très organisé sur la façade, ce meuble est caractéristique des productions pyrénéennes. 

Bibliographie :

Coll. Le meuble régional en France, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1990