SIÈGE EN FER FORGÉ

SIÈGE EN FER FORGÉ

 

ORIGINE : ITALIE
ÉPOQUE : XVIIe SIÈCLE

 

Hauteur : 90 cm
Largeur : 57.5 cm
Profondeur : 44 cm

 

Fer forgé et laiton

 

 

DEMANDE D’INFORMATIONS

 

Retour aux sièges

Catégorie :

Description

Formé par deux accolades en fer forgé formant à la jonction un losange ajouré très décoratif, ce trône d’évêque se termine par quatre pieds griffes.

Cette structure de fer très graphique contraste élégamment avec les pommeaux arrondis en laiton placés aux sommets des deux accotoirs et du dossier. Ces derniers sont reliés par deux traverses recouvertes où se disposent pour le confort, deux petits coussins rectangulaires de velours rouge. L’assise et le dossier présentent cette même garniture de velours rouge rythmée par deux galons dorés.

Ce travail du fer de belle, correspond à l’étirement d’un lingot de fer chauffé à blanc, qui est ensuite savamment martelé lors de son refroidissement pour obtenir la forme voulue. On obtient alors un fer forgé dans une section importante, est les formes ainsi obtenues sont d’une extrême puissance en dépit de la légèreté de l’ensemble.

Le faudesteuil, toujours construit en métal, fer et bronze, est œuvre d’orfèvre. Pour les souverains et les chefs religieux, il a fonction de trône destiné à être transporté. Aux XVIe et XVIIe siècle, l’Italie les multiplie parce qu’elle renoue avec le goût antique et redécouvre, avec le fameux modèle de Pompéï (Ier siècle ap. J-C.), conservé aujourd’hui au Musée National de Naples, le siège curule romain.

Le faudesteuil fait partie de ces modèles intemporels venus des premiers âges mais d’esprit totalement contemporain.